Accéder au contenu principal

Balvenie 12 ans, Single Barrel, OB, 47.8%


Par Bruno

Je n'aime pas The Balvenie (parfois surnommée Bad Penny) à cause de son marketing que Dominic Roskrow a résumé dans une formule : "Balvenie c'est le Jack Daniel's d'Ecosse : une grande distillerie de whisky de malt ayant réussi à se faire passer aux yeux du monde du whisky pour un établissement modeste produisant artisanalement ses malts par petites cuvées".

Déjà elle appartient à William Grant & Sons (Alisa Bay, Balvenie, Glenfiddich, Kininvie, plus une joint venture avec Edrington pour créer Highland distillers (Macallan, Highland Park)) et serait une des rares distilleries à être restée familiale. Comme si je vous disais que Peugeot est toujours une entreprise familiale (ok, la famille détient 14% du capital). Et sa pub est très limite : elle malterait son orge. En fait, elle malte une petite partie de son orge (15%) ce qui permet de faire admirer aux visiteurs des ouvriers au travail sur son aire de maltage. Disneyland n'est pas loin. Elle a sa propre tonnellerie. D'une part c'est une ressource commune avec sa voisine Glenfiddich, et d'autre part elle est là encore anecdotique.

Enfin son usage immodéré du terme "craft" (artisan) est une injure faite à l'artisanat. C'est vrai que c'est mode et tendance, mais bon, il faut fusiller les marketeurs, ou les pendre puisqu'on est au Royaume Uni. Dominic Roskrow enfonce la clou à la page suivante (64) de son excellent "les 750 meilleurs whisky du monde" (un titre à chier, on est d'accord) Gründ éditeur : "Balvenie est pour les amateurs de whisky ce que Harry Potter représente pour les cinéphiles : sa réussite est respectée, on reconnaît ses qualités et l'on va même jusqu'à concéder qu'il a joué un rôle de premier plan en attirant des milliers de nouveaux venus (...). Mais, malgré tout il ne passionne pas les vrais amateurs, n'est-ce pas ?".

Le jus dont je vous cause est un single cask fort bien noté (96.5 chez Murray, 88 chez Jackson, 87-88 chez Mald et Vingtier, 87 sur whiskyfun). Le souci c'est que ni Jackson ni Mald & Vingtier ne précisent le numéro du fût, alors que sur whiskybase la note yoyote entre 82 et 90 suivant le numéro du fût, même si la notation de WB n'est pas très fiable, et d’ailleurs aucune notation n'est très fiable. Les flaveurs vont dépendre de la qualité du distillat et du fût. S'agissant d'un single cask toujours embouteillé à 47.8% on ne va pas reprocher au master blender un mélange moins bien fait.

Cela étant, c'est pas mauvais et souvent bon, voire très bon ! Mais cela varie, pour avoir exactement le même whisky que celui décrit dans une note de dégustation il faut se référer au numéro du fût inscrit (soit disant à la main) sur l'étiquette de la bouteille.

Nez : Le nez, boisé, est un mélange de Malabar enveloppé dans du sucre glace, avec des oranges trempées dans du miel, de l'orge et du chêne.

Bouche : La bouche est fruitée : un dessert d'abricots à la crème anglaise avec un soupçon de réglisse.

Finale : La finale (boisée) est longue et mielleuse avec du chêne.

Commentaires : Le tout est élégant, fort bon, peu évolutif avec dilution, par contre le flacon s'enrichit avec l'oxydation. Ce n’est pas du tout complexe, pas de variation dans le verre : un peu ennuyeux. Ça n’appelle pas à la réflexion.

Note : pour ce fût 85, d'autres flacons que j'ai bu méritaient plus un 88 et un était une catastrophe en dessous de 80.


 85/100 


FICHE TECHNIQUE
Catégorie : Single Malt
Région : Speyside
Distillerie : Balvenie
Embouteilleur : distillerie
Série : single barrel
Age : 12 ans
Titrage : 47.8%
Fût : first fill bourbon
Nombre de bouteilles : pas plus de 300
N° fût : 5876
Prix : Autour des 70 euros 
Distributeur pour la france : Lixir

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Kornog Sant Erwan 2017, Glann Ar Mor, 50%

Par Gaël
Une fois n’est pas coutume, le whisky Français est à l’honneur aujourd’hui. Nous nous trouvons en Bretagne, plus précisément à Pleubian dans les Côtes d’Armor. Nous sommes chez Glann Ar Mor et sur sa gamme tourbée, Kornog. Comme chaque année depuis 2012, Glan Ar Mor sort pour la saint Yves (équivalent de la Saint Patrick pour les Irlandais) deux éditions limitées : le Sant Ivy et le Sant Erwan. Après des versions 2016 plutôt réussies, nous allons tester la version 2017 du Sant Erwan.
Couleur : Or
Nez : Un nez très fruité aux premiers abords sur les fruits exotiques et tropicaux et notamment la banane. Il y a aussi de la vanille et des céréales. Derrière, un voile de fumée se promène de façon légère et agréable.
Bouche : Attaque légère malgré les 50% sur le papier. Alcool bien intégré, la bouche est grasse et crémeuse. Nous avons des notes épicées (sans excès), du boisé et de la vanille. Le sucré de la banane est toujours là, tout comme cette tourbe discrète.
Finale : Belle longueu…

Ardbeg Grooves Committee Release 2018, OB, 51.6%

Whisky # 164 Par Alexandre
L’édition Kelpie de 2017, dont nous vous parlions ici, ne nous avait pas emballé, espérons que cette version à la sauce "hippie" soit plus funky. L’étiquette parle de fûts de vins intensément toastés pour produire des grosses vagues à la surface du bois: allons-y.
Nez : En premier lieu c'est minéral et tourbé, rapidement une tourbe antiseptique douce s'installe, le maïs chaud domine avec l'aération. La complexité est intéressante, l'ensemble est très appétissant d'autant que l'alcool pointe à peine le bout de son nez.
Bouche : Je trouve la texture un peu aqueuse, c'est néanmoins suffisamment expressif avec une tourbe salée dominante, rapidement contrebalancée par des fruits et ensuite la graine de moutarde. C'est vraiment agréable, on a pas mal d’épices qui jouent autour de cette bouche.
Finale : De moyenne à longue sur les pickles et le paprika.
Commentaires : Je suis assez enthousiaste, il n'y a pas de gros défaut, j…

Dalmore Batch 1, TBWC, 47.5%

Whisky # 163 Par Alexandre
Je pars avec des a priori sur cette distillerie qui joue sur le côté bourgeois avec des whiskies aussi chers que réduits, j'ai goûté encore récemment un sample de King Alexander III qui m'a laissé de marbre alors voyons si les trublions de TBWC réussissent à dépoussiérer cette maison des Highlands.
Nez : Immédiatement c'est le bois neuf qui domine, assez surprenant mais c'est droit et agréable. Ensuite un cocktail de clémentines et yuzu fait son apparition, le tout est porté par une fraîcheur que l'on doit à quelques plantes aromatiques. La puissance est maîtrisée, c'est assez complexe et l'alcool est totalement absent, j'aime !
Bouche : Elle est douce sur le miel, les fruits blancs la crème vanille. Le tout est balancé avec un léger côté herbacé, c'est très agréable mais le nez promettait davantage de complexité.
Finale : Moyenne, douce avec un léger boisé.
Commentaires : Pari réussi pour cet embouteilleur qui livre un dram hon…

Ledaig 2005-2017, Signatory Vintage, 56.6%

Whisky # 137 Par Bruno

Un de mes coup de cœur du whisky live 2017 , un flacon qui a fait le buzz, à juste titre.
Nez : Le nez est très beau, complexe et subtil. Finement tourbé et floral avec des notes de mandarines (c'est la saison). Très évolutif on y trouve du gras de bacon grillé, des flaveurs herbacées, des fruits rouges (groseille), et l'ajout de deux gouttes d'eau ramène les fleurs. Un nez magnifique de subtilité.
Bouche : La bouche frappe par son toucher soyeux, elle est saline et fumée avec une légère tourbe. Puis des bâtons de réglisse, du poivre de Sichuan, de la pistache. On y distingue des traces de cuir, de la terre, des notes minérales (ardoise). Des feuilles de tabac par moment. On est sous le charme. Le tout est doux, sur une très légère amertume agréable. L'alcool ne se cache pas, mais est parfaitement intégré. Avec le temps l'arrière bouche envoie un signal fantôme du coté habituel d'un Ledaig élevé en fût de bourbon (une tourbe fermière sur le …

Ledaig 2008-2016, Archives, 60.9%

Par Gaël
Nous sommes aujourd’hui sur un embouteilleur indépendant (IB),” Archives”, qui n’est autre que le doux nom utilisé par Whiskybase.com pour commercialiser ses bouteilles. La première mise en bouteille de cet embouteilleur date de 2011, ce qui est très récent dans le monde du Whisky. La série en question “Fishes of Samoa”, reconnaissable à son étiquette ornée d’un poisson exotique (un nouveau à chaque embouteillage), est gage de qualité à en croire les différents retours.
Couleur : Paille
Nez : Nous sommes clairement sur la tourbe, normal me direz vous chez Ledaig. Cette tourbe est plus minérale, sur le fer, et citronnée qu’à son habitude. Le côté Ledaig fermier est là mais beaucoup moins prononcé . Après aération, nous pouvons sentir les fruits cuits, les agrumes confits et le miel. Par moment le tabac froid et les cendres viennent puis repartent.
Bouche : Très belle puissance, les 60.9% sont là mais pas dans l’excès. Nous sommes sur une tourbe grasse et herbacée. Il y aussi des é…