Accéder au contenu principal

Bunnahabhain 18 ans, OB, 46.3%


Par Bruno

Un Islay non tourbé, oui c'est possible, grâce à cette distillerie fondée en 1881, qui a survécu aux successions de crises (ce qui n'est pas si fréquent), et qui a échappée au pire. Tombée dans l'escarcelle d'Edrington en 1999 et mise en sommeil, Edrington (qui a lancé le projet Macallan n° 2 et poussé Highland Park a sortir des releases improbables mais fort chères) a revendu Bunna à Burn Stewart Distillers en 2003, et Distell Group Ltd, une compagnie d'Afrique du sud (qui possède en Ecosse Deanston et Tobermory) a racheté Burn Stewart Distillers en 2013.

Curieusement pas très connue, ou dédaignée, elle a longtemps servie à alimenter les blenders (et le blend Black Bottle qui a été inclus dans le deal de 2003). Elle produisait un whisky tourbé jusque dans les années 1960, mais cette production fut arrêtée car non utile pour les blends. Cela étant ils (re)-produisent aussi des jus tourbés : Moire (un 6 ans d'âge), Toiteach (10 ans d'âge), Darach Ur, Ceobanach ... Les entrepôts de Bunna servent aussi à stocker les Ledaig (après un passage par Deanston, mais bon : le whisky et l'écologie c’est pas top).

Il s'agit ici du Bunnahabhain XVIII, couleur naturelle, sans filtration à froid, embouteillé à 46.3% abv (attention d'anciennes versions à 43% abv existent toujours). Un 18 ans d'age, donc, à un prix très élégant pour cette catégorie et cette qualité. Mais, chut, ne donnons pas de mauvaises idées au marketing.

Bunnahabhain (prononciation : bunna-ha-ven) en gaélique d'Isaly signifie embouchure de la rivière, ici la rivière Margadale, sur le détroit qui sépare Islay de Jura (sound of Islay), à côté de Port Askaig, d'où le marin sur la bouteille.

Le flacon est brun foncé et quasi opaque. Par contre le bouchon semble faiblard. (google : bunnahabhain cork, confirme qu’il l’est, faiblard).

Bouteille remplie aux 2/3, ouverte depuis un mois. Ajout de trois (3) gouttes d'eau dans le dram.

Nez : Le nez évolue constamment. Il est marqué (comme la bouche et la finale) en arrière plan d'un excellent sherry et de chêne mais discrètement. Très nettement une sellerie de centre équestre avec la sueur des chevaux. Je dirais sellerie de cuir et embruns marins pour rester dans le vocabulaire d'une roue des arômes. Du marc de thé en toile de fond. Un soupçon de colle. Des pommes cuites, des fruits secs.

Bouche : La bouche est tapissante. Sèche mais douce. Boîte à cigares. Du miel, des fruits à coque, du caramel salé, tout cela sous tendu par le sherry. C'est très équilibré et très rond. Et très bon.

Finale : La finale est longue et fait songer à un pudding de biscuits au gingembre trempé dans le sherry.

Commentaires : Un excellent whisky qui nécessite de la patience (ouverture), du temps pour l'apprécier à sa juste valeur, et quelques gouttes d'eau. Tout en finesse, très équilibré, du sherry mais certainement pas un sherry bomb, il est délicat ! Quand est-ce donc que la SWA comprendra que l'ajout de caramel devrait être interdit, ou rendre obligatoire (comme en Allemagne) la mention de cet ajout sur l'étiquette ? Même remarque pour la filtration à froid. Au moins pour les single malt. Steuplé Mister SWA. Please do.

Et pendant que j'y suis : Could the guy-girl-robot in charge of quality process look at the plugs/corks issue ? Please. Or I will tooite how bad the corks are !

Note : hautement recommandable (exceptionnel en prenant en compte son prix et le marché actuel).

 90/100 

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Kornog Sant Erwan 2017, Glann Ar Mor, 50%

Par Gaël
Une fois n’est pas coutume, le whisky Français est à l’honneur aujourd’hui. Nous nous trouvons en Bretagne, plus précisément à Pleubian dans les Côtes d’Armor. Nous sommes chez Glann Ar Mor et sur sa gamme tourbée, Kornog. Comme chaque année depuis 2012, Glan Ar Mor sort pour la saint Yves (équivalent de la Saint Patrick pour les Irlandais) deux éditions limitées : le Sant Ivy et le Sant Erwan. Après des versions 2016 plutôt réussies, nous allons tester la version 2017 du Sant Erwan.
Couleur : Or
Nez : Un nez très fruité aux premiers abords sur les fruits exotiques et tropicaux et notamment la banane. Il y a aussi de la vanille et des céréales. Derrière, un voile de fumée se promène de façon légère et agréable.
Bouche : Attaque légère malgré les 50% sur le papier. Alcool bien intégré, la bouche est grasse et crémeuse. Nous avons des notes épicées (sans excès), du boisé et de la vanille. Le sucré de la banane est toujours là, tout comme cette tourbe discrète.
Finale : Belle longueu…

Ardbeg Grooves Committee Release 2018, OB, 51.6%

Whisky # 164 Par Alexandre
L’édition Kelpie de 2017, dont nous vous parlions ici, ne nous avait pas emballé, espérons que cette version à la sauce "hippie" soit plus funky. L’étiquette parle de fûts de vins intensément toastés pour produire des grosses vagues à la surface du bois: allons-y.
Nez : En premier lieu c'est minéral et tourbé, rapidement une tourbe antiseptique douce s'installe, le maïs chaud domine avec l'aération. La complexité est intéressante, l'ensemble est très appétissant d'autant que l'alcool pointe à peine le bout de son nez.
Bouche : Je trouve la texture un peu aqueuse, c'est néanmoins suffisamment expressif avec une tourbe salée dominante, rapidement contrebalancée par des fruits et ensuite la graine de moutarde. C'est vraiment agréable, on a pas mal d’épices qui jouent autour de cette bouche.
Finale : De moyenne à longue sur les pickles et le paprika.
Commentaires : Je suis assez enthousiaste, il n'y a pas de gros défaut, j…

Dalmore Batch 1, TBWC, 47.5%

Whisky # 163 Par Alexandre
Je pars avec des a priori sur cette distillerie qui joue sur le côté bourgeois avec des whiskies aussi chers que réduits, j'ai goûté encore récemment un sample de King Alexander III qui m'a laissé de marbre alors voyons si les trublions de TBWC réussissent à dépoussiérer cette maison des Highlands.
Nez : Immédiatement c'est le bois neuf qui domine, assez surprenant mais c'est droit et agréable. Ensuite un cocktail de clémentines et yuzu fait son apparition, le tout est porté par une fraîcheur que l'on doit à quelques plantes aromatiques. La puissance est maîtrisée, c'est assez complexe et l'alcool est totalement absent, j'aime !
Bouche : Elle est douce sur le miel, les fruits blancs la crème vanille. Le tout est balancé avec un léger côté herbacé, c'est très agréable mais le nez promettait davantage de complexité.
Finale : Moyenne, douce avec un léger boisé.
Commentaires : Pari réussi pour cet embouteilleur qui livre un dram hon…

Ledaig 2005-2017, Signatory Vintage, 56.6%

Whisky # 137 Par Bruno

Un de mes coup de cœur du whisky live 2017 , un flacon qui a fait le buzz, à juste titre.
Nez : Le nez est très beau, complexe et subtil. Finement tourbé et floral avec des notes de mandarines (c'est la saison). Très évolutif on y trouve du gras de bacon grillé, des flaveurs herbacées, des fruits rouges (groseille), et l'ajout de deux gouttes d'eau ramène les fleurs. Un nez magnifique de subtilité.
Bouche : La bouche frappe par son toucher soyeux, elle est saline et fumée avec une légère tourbe. Puis des bâtons de réglisse, du poivre de Sichuan, de la pistache. On y distingue des traces de cuir, de la terre, des notes minérales (ardoise). Des feuilles de tabac par moment. On est sous le charme. Le tout est doux, sur une très légère amertume agréable. L'alcool ne se cache pas, mais est parfaitement intégré. Avec le temps l'arrière bouche envoie un signal fantôme du coté habituel d'un Ledaig élevé en fût de bourbon (une tourbe fermière sur le …

Ledaig 2008-2016, Archives, 60.9%

Par Gaël
Nous sommes aujourd’hui sur un embouteilleur indépendant (IB),” Archives”, qui n’est autre que le doux nom utilisé par Whiskybase.com pour commercialiser ses bouteilles. La première mise en bouteille de cet embouteilleur date de 2011, ce qui est très récent dans le monde du Whisky. La série en question “Fishes of Samoa”, reconnaissable à son étiquette ornée d’un poisson exotique (un nouveau à chaque embouteillage), est gage de qualité à en croire les différents retours.
Couleur : Paille
Nez : Nous sommes clairement sur la tourbe, normal me direz vous chez Ledaig. Cette tourbe est plus minérale, sur le fer, et citronnée qu’à son habitude. Le côté Ledaig fermier est là mais beaucoup moins prononcé . Après aération, nous pouvons sentir les fruits cuits, les agrumes confits et le miel. Par moment le tabac froid et les cendres viennent puis repartent.
Bouche : Très belle puissance, les 60.9% sont là mais pas dans l’excès. Nous sommes sur une tourbe grasse et herbacée. Il y aussi des é…